Commentaires: 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.

"Je ne fais que des bêtises quand t'es pas là"

Les P'tits Diables T13 : Un frère ça sert toujours
Les P'tits Diables T13 : Un frère ça sert toujours

Minisun ne fait que des bêtises, tout exprès pour embêter ses parents, c'est sûr !

Ah les bêtises de nos enfants chéris ! Il me semble qu'en tant que parent ce mot "bêtise" fait partie du vocabulaire courant.

Je souhaite m'intéresser ici à cette notion de bêtise, son sens pour l'adulte, pour l'enfant, ses enjeux, ses conséquences et la façon d'y réagir. 

 

Une bêtise serait un acte évalué comme :

* dangereux pour l'enfant, autrui ou l'environnement proche et/ou

(exemple : sauter du canapé à la table basse, jouer avec des allumettes)

* inadapté socialement/matériellement, et/ou

(exemple : dire au voisin qu'il est gros, dessiner sur les murs du salon)

* interdit par la loi ou les règles édictées précédemment par les parents

(exemple : voler le petit vélo du voisin, mettre des jouets dans l'aquarium)

 

Nous pouvons faire une sorte de catégorisation de ces fameuses bêtises puisqu'il existe différents types d'actes évalués par les grandes personnes comme dérangeants, inadaptés ou dangereux :

 

* il y aurait les maladresses ou inexpériences : l'enfant veut faire seul, ou prend une initiative et fini soit par renverser, dégrader ou casser quelquechose.

== inonder la cuisine en voulant se servir à boire, mettre du gel douche dans la machine à laver pour nettoyer doudou, frotter la voiture avec une éponge grattante pour enlever les saletés, vouloir prendre un vêtement dans l'armoire et reverser toute les piles d'habits

* des bêtises façon test (de ses propres limites et acquisitions, test des limites parentales, test des propriétés des objets et du matériel)

== se servir du canapé comme trampoline, escalader l'étagère de la chambre, creuser la terre des plantes vertes, jouer avec le téléphone portable ou les clés de voiture, découvrir la paquet de farine et le rouleau de papier toilette, dessiner sur les murs...

* et les pseudos bêtises, plus de l'ordre de la malice, des facéties enfantines sans gravité, plutôt drôles mais à la limite de ce que le parent juge acceptable.

 == colorier sur soi au feutre, maquiller la poupée avec le fard à paupière de maman, couper des fleurs du jardin pour offrir à sa mami, ramasser des cailloux et des feuilles et faire un joli tas sur la tapis de la chambre...

dessin de papcube
dessin de papcube

 

En tant que parent, notre rôle est d'assurer l'épanouissement de nos enfants, dans l'amour, la sécurité, et le respect des règles ; règles sociétales, règles de lois, règles de la maison. Ces règles, si elles sont pertinentes, cohérentes, claires et expliquées sont là pour la protection de l'enfant, de l'entourage, et pour une croissance harmonieuse en lien avec les valeurs défendues dans la société dans laquelle évolue la famille.

Nous nous efforçons alors à travers l 'éducation de lui transmettre les notions de bien et de mal...pourtant, souvent, Minisun n'écoute rien, fait tout le contraire malgré les répétitions de la règle. Pourquoi n'est-il pas juste un enfant obéissant et sage ???!!!

 

Parce qu'il est justement et simplement un enfant ! Minisun n'est pas un adulte en miniature ; son fonctionnement cérébral est différent de celui des adultes parce que son cerveau et ses fonctions cognitives sont immatures. Les neurosciences (article bientôt) a permis de mettre en exergue cet immaturité notamment du néocortex qui sert à réguler les émotions, à faire preuve de raisonnement, d'empathie, à planifier. Une grande partie de ce cerveau est en formation jusqu'à 5-6 ans, mais sa maturation se poursuit jusqu'à l'âge adulte.

Tant que le cerveau n’a pas atteint sa pleine maturité, les processus de gestion des émotions, des affects ne sont pas totalement fonctionnels. Cela explique les difficultés que l’enfant peut avoir pour contrôler, maîtriser ses réactions émotionnelles ou affectives. Catherine Gueguen

 

La notion de "bêtise" apparaît finalement comme très « adulte »: un acte est une bêtise de notre point de vue de grande personne avec notre expérience du monde, notre connaissance des dangers, des règles de vie en société.

 

Mais du point de vue de l'enfant ? 

Lorsque minisun saute sur le canapé, dessine sur son visage, trempe ses jouets dans les toilettes, pour lui il n'y a pas de bêtises et encore moins l'intention d'embêter ses parents : il expérimente, il explore, il construit ses représentations du monde et des choses, il teste.

 

Voilà où se situent ces fameuses bêtises chez Minisun : exploration multi-modales serait alors un terme plus juste selon la vision de l'enfant. Les bêtises selon les parents ne sont chez l'enfant qu'une exploration permanente de ses propres compétences physiques, de ses sens, des objets, de la relation entre eux et des limites.

Cette exploration est essentielle dans le développement de Minisun : ainsi l'enfant est acteur dans sa connaissance du monde physique (objets, matières, assemblages, traces, relation de cause à effet) et social (lien affectif, cadre, règle, vocabulaire). Ses explorations, passant principalement par le jeu, participent à sa construction identitaire.

 

"On peut mesurer l'influence et la force d'un esprit à la quantité de bêtises

qu'il fait éclore.” (Louis Aragon ; Traité du style,1928)

 

Et comme vous l'avez sans doute observé, l'enfant est un explorateur persévérant : il a besoin de se confronter plusieurs fois aux choses et aux êtres pour en comprendre et en intégrer toutes les complexités, pour comprendre les règles qui les régissent, et pour aussi comprendre l'intérêt des limites édictés par les grandes personnes (notamment en terme de danger)

 

Alors pour bien grandir...il faut ne pas être trop sage ! Faire des bêtises participent au développement de l'enfant.

Bien sûr, et c'est bien là la difficulté, il n'est pas question pour autant de tout autoriser ! Des limites, un cadre clair et cohérent sont tout aussi essentiels au développement de Minisun.

Ces limites sont là principalement pour le protéger, Minisun n'ayant aucune conscience du danger. Ces limites sont aussi là pour assurer une certaine cohésion sociale ; sans parler des lois, il y a des choses qui ne sont pas socialement acceptées et acceptables et nous nous devons de les inculquer à nos enfants : on ne jette pas exprès les jouets sur la baie vitrée du voisin, on ne frotte pas les voitures dans la rues avec une pierre, on n'écrit ni sur les tapisseries ni sur les canapés, on ne dit pas des gros mots aux passants, on ne montre pas ses fesses à la voisine, on ne rote pas en public, on ne fait pas pipi debout dans la cour de l'école, on n'étale pas ses crottes de nez sur la vitrine de la boulangerie, on ne jette pas les papiers de bonbons par terre...patati et patata...

 

Entre 15 et 36 mois (environ), les « désobéissances » font partie et de la quête d'autonomie de l'enfant et de son affirmation de soi, un être différent de son parent avec ses propres avis, envies et ressentis.

Il est important d'expliquer les règles de vie, le respect de soi, de l'autre, du matériel, de l'environnement mais faire de trop long discours risque de noyer le fond pour Minisun. Vers 6 ou 7 ans l'enfant commence à mieux comprendre la raison de ces interdits, à condition qu'ils soient justifiés pour l'enfant (et pas au simple bon vouloir de la soi-disant « supériorité » de l'adulte)

 

 

SUITE EN COURS