Commentaires: 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.

Désir de grossesse, désir d'enfant ?

L'être humain, comme toute espèce vivante serait biologiquement "programmé" pour assurer la survie de son espèce.

Ainsi l'expression du désir d'enfant serait une expression naturelle d'une combianison physico-chimique propre à cette espèce. Cependant, cet "instinct" de survie ne doit pas faire oublier les motivations psychologiques de ce désir, qui peuvent alors être multiples et plus ou moins conscientes :

le désir de transmission, l'accomplissement de la féminité,

la compensation d'un déficit affectif, la sauvegarde de son capital génétique, une stabilité matérielle et sociale,

souder davantage son couple ...

 

Cela dit le désir d'enfant n'est pas universel. Des femmes de plus en plus nombreuses choisissent de ne pas enfanter. Elles assument et revendiquent ce non désir, malgré parfois le regard incompréhensif de l'entourage et les accusations d'égoïsme et de froideur portées par la société sur ces femmes...Sont-elles plus malheureuses pour autant ? Je ne pense pas : si ce choix est réfléchi et assumé, l'épanouissement personnel et la quête existentielle, peuvent tout à fait se passer de progéniture...je pense écrire un article sur le sujet et l'approfondir à ce moment là. 

 

Désir de grossesse ?

Serait-il lié à l'envie de porter, de nourrir, de créer la vie ? Ce désir serait alors en rapport avec une sorte d'admiration face au processus de création humaine. Se sentir ronde de vie, participer à cet "aventure humaine", imaginer ce miracle de la nature à l'intérieur de soi, en être l'écrin, le gardien, et admirer ses courbes de femme ronde d'un petit d'homme. 

Sentir l'envahissement hormonal, en pleurer parfois, en souffrir aussi, mais ne plus pour une fois maitriser totalement ses émotions...

Et puis sentir les premiers mouvements...des petites bulles, des caresses, et des coups...c'est sentir la vie et peut être alors se sentir encore plus vivante...

C'est aussi éveiller son corps à de nouvelles sensibilités : odeurs, gouts, émotions, libido...tout peut être bousculé...c'est un état à la fois extraordinaire et angoissant, magique et si étrange, heureux mais non sans heurts...

 

C'est aussi un état très encadré de nos jours: rendez-vous médicaux, prises de sang, échographies...sans compter la peur d'une maladie, d'un handicap...et parfois une difficulté qui vient remettre en question sa maternité, sa santé ou qui vient pertuber l'image de l'enfant idéalisé...

Ce désir est celui de la femme, il est intime et personnel; bien qu'un homme, malgré son incompatibilité biologique puissent certainement ressentir cet envie de porter la vie.

 

De Heiidi Taillefer
De Heiidi Taillefer

Désir d'enfant ?

Ce désir peut être celui d'une femme, d'un homme ou du couple. Il accompagne souvent l'idée d'une incomplétude du couple sans ce petit être...(sans pour autant être malheureux à deux, au contraire)

1+1 font deux mais l'enfant a ceci de magique qu'il bouleverse les mathématiques : 1+1 font 3. Cet enfant est alors le résultat d'un "cocktail", d'une alchimie entre les corps des êtres qui s'aiment.

Il est le résultat d'un peu de l'un ajouté à un peu de l'autre, une sorte de synthèse...ce désir pourrait paraitre alors égocentrique : souhaiter voir dans les yeux de son enfant un peu de son aimé, tout en se reconnaissant dans son regard. Aimer l'autre sans pour autant se perdre...

 

Il y aurait aussi dans ce désir l'idée de la transmission : transmettre son capital génétique, offrir une descendance à son partenaire (comme un cadeau), son nom de famille, mais aussi et surtout ses valeurs, ses gouts, ses traditions, sa philosophie de vie. Avoir envie de le voir grandir, de l'accompagner, le guider, lui apprendre les choses de la vie, lui donner de l'amour...

 

Ce désir de bébé peut aussi être lié à une envie de réparation, une sorte de vengeance face à ce qu'on aurait aimé avoir et vivre en terme affectif dans sa propre enfance; ou encore une réparation du couple avec l'idée qu'un petit être mi moi mi lui pourrait apaiser les tensions ( une sorte de "diversion").

Ce désir peut encore être lié à une carrière professionnelle au sommet, un couple solide et amoureux et dans ce cas l'enfant serait planifié et comme la cerise sur le gâteau à ce bonheur...un bébé réussite.

 

Le désir d'enfant peut également s'inscrire dans une démarche de passation de corps de la jeune fille à celui de la femme, de la jeune femme à celui de la mère. Mais ce besoin peut aussi s'apparenter (inconsciemment) à un mise en conformité sociale, c'est à  dire à une intégration d'un modèle socialement valorisé et porteur de reconnaissance.

Donner de l'amour et en recevoir de manière inconditionnelle peut tout aussi porter ce désir d'enfant.

 

Il y autant de raisons de désirer ardemment un enfant qu'il y a d'amoureux et d'histoires de vie...certaines raisons s'inscrivent peut être davantage dans une harmonie durable du lien parent-enfant...

Cela dit, un bébé peut ne pas être désiré, peut être le fruit d'un drame personnel, et pourtant être tout autant aimé et choyé quand il pointe le bout de son nez...

 

Lecteurs, lectrices...regardez vos enfants ou pensez à ceux que vous désirez (ou pas),

et posez-vous cette question :

Pourquoi je désire/ j'ai désiré ?